Nombre de visiteurs

                                                                                                                                                                            


En mémoire de
Paul Marie Jarret de la Mairie (1817-1891)
Capitaine au Long Cours (1846-1869)
Biographie du Capitaine au Long Cours Paul Marie Jarret de la Mairie


 
Né le 10 juin 1817 à Baugé, Maine et Loire, fils de Louis Ambroise Augustin Jarret de la Mairie (1780-1870) et de Marie Angèle Le Gouz du Plessis (1787-1841). Décédé le 10 mars 1891 à Sanary sur Mer (Saint Nazaire du Var) à l’âge de 73 ans. Sources : archives départementales du Maine et Loire et du Var.
 
Issu d’une famille de gentilhommes de l’Ouest de la France, dont on peut remonter l’histoire jusqu’au XIIIème  siècle (« Généalogie de la famille Jarret » par le Chevalier Charles d’Achon), dont le père avait reçu en héritage, à Grez en Bouère (Mayenne), le Château de Chânay, d’où un état civil dont le nom de famille officiel est « Jarret » et une signature Paul Jarret de Chânay. Il récupère son nom (ainsi que ses frères et sœurs et leurs descendants) « Par jugé du tribunal de Château-Gontier (Mayenne), en date du 26 novembre 1859 … en ce sens qu'au patronyme Jarret, donné seul au père dans l'acte, on ajoutera le complément de la Mairie, qui a été omis par oubli. » Il était le 4ème enfant et le 2ème  garçon d’une famille de 10 enfants dont 9 sont parvenus à l’âge adulte. Ses 4 frères ont été élèves à l’école militaire de Saint Cyr. Il est le seul marin de la famille.
 
Toute son enfance a baigné dans une ambiance politiquement attachée à la légitimité des Bourbons, son oncle paternel Henri René Louis Jarret de la Mairie (1778-1858), ayant été capitaine dans les Chouans (AD du Maine et Loire, Dictionnaire historique de Célestin Port), son frère aîné Anatole Augustin (1812-1890), démissionnaire de Saint Cyr, condamné à mort par contumace, puis réhabilité, avait pris part à la révolte contre « l’usurpation » de Louis Philippe (1830-1848) autour de 1832, au château de Chânay, dont Paul a été témoin vers l’âge de 15 ans.
 
Adulte il s’affirmera, sans tapage, comme un Républicain ainsi qu’en a témoigné sa fille Jeanne Angèle Publia Jarret de la Mairie dans ses « Mémoires de l’occupation allemande » sous le pseudonyme de Jacques Vert. Consultable dans les bibliothèques municipales du Var.
 
A travers les lettres de recommandations qui étayent sa demande d’emploi aux Messageries Nationales (source : dossier personnel archivé au Havre http://www.frenchlines.com/) dès leur ouverture sur la Méditerranée, on apprend qu’il a navigué dès l’âge de 21 ans, d’abord sur le John Cokerill, baleinier, dans les Mers du Sud, et a effectué une station en Nouvelle Zélande (1838-1840).
 
Puis il est second sur des navires effectuant les voyages commerciaux vers de Levant sur une période d’à peu près 3 ans (1840-1843).
 
Ses 40 mois à l’Etat se sont fait sur les corvettes de charges l’Isère et la Proserpine ; le capitaine, M. de Valère, de cette dernière, lui ayant promis de l’avancement. Port : Toulon. (1843-1846).
 
Il a réussi l’examen de Capitaine au Long Cours le 1er avril 1846, à l’âge de 28 ans, en cette même ville. Il apparait qu’il est sorti « n°1er » (major de sa promotion dirait-on aujourd’hui), ce qui lui a valu « l’honneur d’avoir son nom à l’ordre du jour, ce qui n’était pas arrivé à Toulon depuis 9 ans », d’après une lettre de recommandation annexée à son dossier (pas de signature sur le document d’archive).
 
Marin dès sa majorité à 21 ans, il a exercé son métier de Capitaine au Long Cours (de 28 à 52 ans) de 1846 à 1869, période de laquelle 2 adresses à Marseille apparaissent : 16 cours Julien et rue de Bacanet (Archives French Lines, Recherches aux AD des BdR dans les recensements de la population et déductions personnelles, et SHD de Toulon).
 
Aux commandes du Brig « la Jeune Estelle », dont le port est à Marseille, il navigue vers le Brésil, la Guyane, les Antilles françaises, espagnoles, danoises et la Mer du Nord. D’abord employé puis propriétaire, il revendra ce voilier afin de se préparer à investir en actions dans la Cie des Messageries Nationales. Actions dont sa fille héritera et dont elle disposera à sa guise (source : Contrat de Mariage, AD du Var).
 
A travers les extraits de ses notes pendant son service aux Messageries Nationales puis Impériales, sa conduite, sa tenue, son caractère, ses rapports avec ses chefs et les passagers sont qualifiés de « bons ». « Bon marin », on lui reproche cependant « de ne pas assez s’occuper de son navire », défaut sans doute attribué à son caractère « facile ». Il n’y a pas débuté comme capitaine mais officier, situation négociée provisoirement jusqu’à la reconnaissance de son grade effectif.
 
Par un courrier en date du 30 octobre 1869, il demande sa mise à la retraite de la navigation. Il passera en demi-solde au 1er janvier 1870.
 
Il ne s’est jamais marié mais est le père d’une fille unique, naturelle, née à Malte le 16 juillet 1858 et à qui il a procuré reconnaissance (Archives départementales du Var et des Bouches du Rhône), éducation de qualité et autonomie économique au travers de rentes (AD du Var pour son contrat de mariage, recherches personnelles et archives familiales).
 
Ses relations avec ses parents proches ou éloignés semblent avoir perduré ainsi que l’atteste sa présence comme témoin à la naissance de son neveu Louis Amédée Marius à Marseille le 1er avril 1859 (AD des Bouches du Rhône), alors que son frère Amédée Charles (1826-1903), capitaine au 33ème de ligne, n’était que de passage dans cette ville (à cette occasion Paul décline une adresse sise 49, cours Lieutaud, à Marseille), et à la liquidation de la succession de son père à Château-Gontier en 1871 (AD de la Mayenne) où il est nommé ainsi : « Monsieur Paul de Marseille ». 
 
Il s’est retiré vers 1872 à Saint Nazaire du Var, devenu par la suite Sanary sur Mer, dans une propriété baptisée « La Marine », quartier du Colombé, achetée à Michel Pacha Pacha http://www.sanary.com/marius-michel-pacha-le-plus-celebre-enfant-de-saint-nazaire.html  , où il a élevé sa fille en père célibataire. A son service : 2 domestiques (Recensements, AD du Var). Il s’est éteint le 10 mars 1891.
 
Homme du XIXème siècle, il a été acteur et témoin de son temps, dans un contexte culturel, politique et économique de redécouverte des lieux porteurs d’histoire de la Méditerranée, de Révolutions Industrielle, avec la Vapeur, Politique, et de développement de l’Empire Colonial Français.
 
Paul Marie repose au vieux cimetière de Sanary sur Mer (Var). 













 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement