Nombre de visiteurs

                                                                                                                                                                            


En mémoire de
Paul Marie Jarret de la Mairie (1817-1891)
Capitaine au Long Cours (1846-1869)
Constantinople, le Bosphore



Les embarquements / débarquements des voyageurs (extraits) :


« Au moment où le paquebot arrive au mouillage, après que les formalités de la police turque ont été accomplies, il monte à bord un grand nombre d’interprètes et de garçons d’hôtel qui viennent offrir leurs services. L’étranger qui ignore la langue et les usages du pays fera bien de s’entendre avec l’un des premiers, et de choisir pour son logement un hôtel bâti en pierre. – cette particularité est toujours inscrite sur les cartes d’adresse que l’on présente. – Il existe, en outre, un grand nombre de maisons particulières où l’on reçoit les voyageurs ; les prix de celles-ci sont inférieurs à ceux que l’on paie dans les hôtels.

Pour descendre à terre avec les bagages, on doit nécessairement aborder à la douane et subir la visite de ses effets ; mais cette visite est très superficielle et se borne à l’ouverture d’une malle ou d’un sac de nuit ; il est d’usage de donner un bakchiche de 8 piastres environ. La présence de l’interprète est particulièrement nécessaire pour éviter tout embarras. Lorsque l’on retourne à bord pour embarquer, il faut également faire visiter son bagage à la douane ; sans cette formalité, les douaniers en station auprès du bateau à vapeur, ne le laisseraient pas accoster.

On trouve à toutes les échelles de débarquement des chevaux.

Pour aller à bord ou pour débarquer, le prix d’un caïque est de 4 piastres, les bagages pesants n’y sont pas admis vu la légèreté de ce genre d’embarcation ; mais en se réunissant à plusieurs on peut faire parvenir ses effets à a douane sans grand frais sur des canots propres à ce genre de transport.

Il part tous les jours, à 5 heures du soir – heure d’Europe- des bateaux à vapeur pour le Bosphore. Ils relâchent à toutes les échelles jusqu’à Bouyouk-Déré, et en repartent le lendemain matin à 7 heures. Le prix est de 5 piastres. Le dimanche ils partent de Constantinople à 7 heures du matin et repartent de Bouyouk-Déré à six heures.

D’heure en heure il part du premier pont (port ?) un bateau à vapeur pour Scutari, le prix du passage est de 2 piastres.
Ces bateaux à vapeur étant omnibus, il n’y a pas de classe différente, la place est au premier occupant. »




 



 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement